Top 9 des trucs que peuvent faire les animaux avec leur pénis, et pas nous

Bonjour les petits amis. C’est samedi, c’est l’instant sesque, et aujourd’hui, Professeur Topito va vous parler du pénis des animaux. Pourquoi donc nous direz-vous ? Mais parce que le phallus est un mystère et que dans la nature, il s’approche parfois plus d’un couteau suisse (ou Gogo gadgéto teub) que d’un sexe comme nous, les êtres humains, l’entendons. Qu’elle soit double ou jetable, qu’elle serve de lasso ou de béquille, la teub des animaux révèle ses mystères dans ce top 100% validé scientifiquement.

  1. Le Chromodoris reticulata dispose d’un pénis jetable

    Des chercheurs japonais ont récemment découvert que cette limace de mer disposait d’un pénis détachable, un peu comme les lézards avec leur queue (mais vraiment leur queue). Son organisme dispose d’un rouleau de trois pénis, lorsque l’un se détache celui d’après prend la suite. D’après les recherches, son machin est recouvert de minis épines, ce qui rend l’extraction douloureuse. En gros, pour éviter de causer du tort à sa belle, la limace se détache la bite. Si c’est pas de l’amour ça !

    Chromodoris-reticulata

    Source photo : freethoughtsblog

  2. Le Nephilengys malabarensis se détache le sexe pendant l’amour

    Cette araignée doit faire face à de nombreux problèmes. Premièrement il y a de grandes chances que la femme qu’il convoite veuille le tuer après le sexe, deuxièmement il doit se battre contre les autres mâles voulant pécho sa belle (pendant l’acte, genre les gros gros lourdauds). Comment faire alors ? C’est simple il suffit de détacher son pénis et de le laisser pomper du sperme dans la femelle tout en se barrant loin. Les recherches ont prouvées que le corps délesté du membre reproducteur est plus efficace au combat, mais surtout que ce n’est qu’après l’injection totale du sperme que la femelle tente de dévorer le mâle. Donc quand elle tentera de bouffer son partenaire (une belle connasse sur le coup) il sera déjà loin, sans bite peut être, mais vivant.

    Nephilengys malabarensis F, 13mm, Jogyakarta, 170706

    Source photo : dipode-vie

  3. Certains mammifères euthériens ont un os dans le pénis

    Qu’on appelle tout simplement l’os pénien ou le « baculum » (qui signifie canne en latin). C’est assez pratique les jours de fatigue ou lors d’une soirée un peu trop arrosée.

    os de bite

    Crédits photo : Bone Clones

  4. Les marsupiaux ont un double pénis

    Et non, ce n’est pas que pour se la péter. En fait leurs femelles ont deux orifices. Heureusement pour elles, car dans le cas contraire ce doit être assez douloureux. Techniquement c’est un seul organe qui bifurque au bout en deux extrémités, on arrête là parce que ça devient dégueulasse.

    marsupial

    Crédits photo (creative commons) : fir0002

  5. Le requin aussi

    Connus aussi sous le nom « ptérygopodes ». Ça ne fait pas de lui un bon amant, enfin peut-être, mais pas un expert de la douceur en tous cas. Son truc à lui c’est de retourner, de mordre et de maintenir les femelles avec ses dents afin de mieux les féconder. « Tu le sens mon double ptérygopode ? ».

    800px-Carcharhinus_falciformis_off_Cuba

    Crédits photo (creative commons) : Alex Chernikh

  6. Le bernacle a un pénis 8 fois plus grand que lui

    Avez-vous déjà vu une bernacle ? Surement puisque il y’en a un en photo juste en dessous de ce texte. Vous comprenez donc pourquoi cette espèce a du mal à se mouvoir. Pour l’aider dans sa vie un poil chiante, la nature l’a doté d’un énorme machin lui permettant d’aller chercher des compatriotes hermaphrodites dans le but de se reproduire. Si vraiment il n’y a personne à l’intérieur du périmètre assez large que définit sa bite (bizarre cette phrase), il copule avec lui même. Ce qui est quand même grave la loose.

    barnacle-large

    Source photo :

  7. Les Canards de Lacs Argentins en ont une qui fait lasso

    La plupart des oiseaux n’ont pas de pénis et se contentent d’agiter leurs cloaques pour se reproduire, pas top niveau glamour. Le canard argentin est un des rares chanceux. Vraiment chanceux. Déjà son truc est énorme, mais en plus il peut s’en servir de lasso. Ça sonne bien comme ça une bite-lasso, mais à quoi ça sert ? Figurez vous que plus d’un rapport sur trois chez ces espèces est forcé, leur pénis servirait à forcer les femelles à rester en position. C’est donc un instrument de viol. C’est complètement dégueulasse, mais c’est comme ça.

    lac argentin

    Crédits photo (creative commons) : Dick Daniels

  8. Les éléphants se servent de leurs machin comme d’une canne

    Les éléphants en ont une grosse ce n’est un mystère en personne, comme le disait Monsieur Chabat « l’éléphante a intérêt à avoir la chatte en cuir et pas en papier crépon ». Mais saviez-vous que leur chose pouvait leur être utile en cas de déséquilibre ? Ainsi, par terrain glissant, voire en pente, le plus gros mammifère terrestre dispose d’une canne rétractable. Selon cet article, il s’en servirait aussi pour chasser les mouches et se gratter l’estomac. C’est tout de même bien fait ces choses.

    elephants

    Crédits photo (creative commons) : Thomas Breuer

  9. Les Platyhelminthes (vers plats) s’en servent d’epée

    Dieu (ou Monsieur Evolution, ça dépend de vos croyances) n’est pas la moitié d’un ingrat. Certes, il a donné au Platyhelminthes : un sale nom, l’hermaphrodisme, et un pénis localisé dans la bouche. Mais vu que ça faisait un peu beaucoup, il lui a aussi filé un membre aussi aiguisé qu’une épée. Une arme meurtrière redoutable que même Chuck Norris lui envie. Ses rapports sexuels sont simples. Lorsqu’il croise l’un de ces comparses, il l’invite à diner, et si ça se passe bien ils entament un match d’escrime avec leur épéenis (c’est pas encore le nom scientifique, mais ça pète). Ils continuent jusqu’à la mort ou la fécondation, c’est selon.

    Bedford-s_flatworm

    Crédits photo (creative commons) : Jan Derk



    Petite démonstration :

Vous êtes jaloux ou ça vous rend plus fier de votre engin ?

Sources : Figaro,Cracked, et National Georgraphic

Source photo : Wired